Conseils, Ecriture

L’intrigue fantastique …

La semaine dernière, Uranie traitait de l’équilibre entre rationalité et surnaturel dans un article très intéressant qui vous aura certainement permis d’y voir plus clair pour vous lancer dans cette grande aventure du fantastique ! Cette semaine, je vais me pencher sur le déroulement de l’intrigue d’un texte fantastique.

Grosso modo, il faut partir d’un contexte rationnel, introduire un élément fantastique, et advienne que pourra ! Bon ok, je ne vais pas déjà vous laisser, ça serait un peu léger, ah ah !

Comme me l’a rappelé Uranie lorsque nous en avons discuté, l’un des objectifs (ou, tout du moins, l’une des conséquences) du fantastique est de susciter la peur, voire l’angoisse, tout en captant l’attention du lecteur. Comment ? Pourquoi ? Penchons-nous là-dessus un instant.

Pour ancrer son récit dans le réel, comme vous l’a expliqué Uranie, il faut poser des bases solides et crédibles telles qu’un contexte historique précis et un cadre spatial défini. Une fois cela fait, il s’agit de créer une ambiance afin que le lecteur se prenne au jeu. L’intérêt est de l’intriguer et de le perturber afin qu’il se demande lui-même s’il y a véritablement une intervention surnaturelle ou si tout peut s’expliquer de façon rationnelle. Nous tentons donc de le faire douter. Pour cela, il faut y aller progressivement et tout en subtilité.

Afin d’illustrer tout cela plus clairement, nous pouvons prendre quelques exemples relatifs au Dracula de Bram Stoker.

3213091609_2_2_dkglhCv8

  • Au début du récit, Jonathan Harker (clerc de notaire) nous décrit son voyage jusqu’à la demeure du Comte Dracula. Ce périple en Europe de l’Est est un premier indice puisque, à mesure que Jonathan s’approche de sa destination, tout devient plus isolé, plus sauvage. On perd en modernité. Ce sont de petits indices qui nous montrent que Jonathan se diriger vers un endroit isolé du reste du monde, ce qui est loin d’être un bon présage. Et puis, juste avant de partir pour la dernière étape et rejoindre le château de Dracula, Jonathan se voit offrir un crucifix par la femme du propriétaire de l’hôtel (ok, aujourd’hui on comprend tout de suite pourquoi, mais à l’époque ça ne permettait pas nécessairement de deviner qu’un vampire attendait notre pauvre clerc de notaire). De plus, sur sa route, il entend les paysans qui l’observent parler de Satan, Sorcière, etc. Clairement, ça ne met pas en confiance ! Pour le moment, il ne se passe rien de notable, mais un ambiance pesante commence à se mettre en place et à éveiller la curiosité du lecteur.
  • OXAiRNBTfjxCfLlUweDBxiVDACYLa première description du Comte donne également le ton. On nous parle d’un homme vêtu de noir des pieds à la tête, de mais glaciales qui ressemblent à celles d’un mort, une bouche cruelle d’un rouge vif impressionnant, etc. Bref, il y a de quoi se méfier ! De plus, on ne le voit jamais se nourrir, et il attend toujours l’aube pour se retirer et certainement aller se coucher. Le lecteur commence donc à se poser des questions : cet individu est-il humain ? Pourquoi ne mange-t-il jamais ? Pourquoi attendre l’aube pour dormir ? …
  • La description des lieux permet aussi de jouer sur le côté étrange et un peu angoissant. Le château est immense, dépourvu de domestiques, sans aucun miroir, avec des pièces interdites qui sont fermées à clé, … et surtout, on se rend compte que toutes les sorties sont condamnées, ce qui fait de ce cher Jonathan le prisonnier du Comte !
  • 8kwizyh3l5w7j5t5x8zqEnsuite, durant son exploration du château, Jonathan tombe sur une pièce qui l’intrigue et finit par s’y endormir, alors que le Comte l’avait mis en garde et lui avait indiqué qu’il ne devait dormir que dans les appartements qui lui étaient attribués, mais sans lui en dire davantage. Durant ce passage, le lecteur est tout aussi déboussolé que le protagoniste car il voit apparaitre trois femmes qui semblent se disputer le baiser de l’homme endormi pour, finalement, tenter de le mordre. Est-ce un rêve ? Une réalité difficile à croire ? Le doute s’installe.

Je m’arrête ici pour les exemples, je pense que vous avez compris le principe : on tente de rendre le lecteur méfiant et dubitatif de façon progressive en instillant une atmosphère angoissante et dérangeante. De petites éléments disséminés ici et là permettent de se questionner et de chercher une solution rationnelle, même si tout indique que le surnaturel est à l’œuvre. Ici, Jonathan remarque certaines choses étranges mais n’y prête pas une attention particulière au début, puis, les anomalies se multiplient et il commence à s’interroger mais se refuse à croire à une forme de surnaturelle et cherche une explication rationnelle, puis, il finit par devoir admettre la réalité de ce qui est en train de se passer.

thumb-dr-jekyll-et-mr-hyde---origines-et-resume-de-l-histoire-10067Ce qui rend le récit encore plus angoissant est souvent l’utilisation de la narration à la première personne, comme c’est le cas dans Dracula ou L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde. Le narrateur est quasiment à chaque fois une « victime du fantastique ». Et, il n’est pas omniscient, ce qui rend le tout encore plus terrifiant puisqu’on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre !

Une fois l’élément surnaturel incorporé à l’histoire, et l’ambiance bien mise en place, il s’agit de donner un dénouement intéressant au récit ! Il faut admettre que, souvent, le lecteur espérera une fin heureuse, mais je pense que vous ne devez pas en tenir compte car terminer de façon dramatique peut être tout aussi bien. N’oubliez pas que vous écrivez avant tout pour vous et que vous ne devez pas modifier votre texte selon les désirs des uns ou des autres !

Sur ce, j’espère avoir pu vous être quelque peu utile ! A bientôt pour ne nouveaux articles !

Calliope png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s