Conseils, Ecriture

Faire vivre un personnage !

Quand j’ai lu l’article de Calliope, (Ici si vous l’avez raté 😉 ), j’ai tout de suite pensé à l’œuvre de Luigi Pirandello, six personnages en quête d’auteur. Je vous propose de partir de cette pièce pour comprendre la manière de considérer les personnages, puis de vous donner quelques conseils qui peuvent vous aider à les construire de manière authentique et réaliste.

théâtre (2)
Extrait, Six personnages en quête d’auteur, Luigi Pirandello, 1921 

Cette pièce de Luigi Pirandello, nous offre une élégante réflexion sur les personnages dans la fiction. A travers cette mise en abîme, une scène de répétition de théâtre, il donne l’occasion à une famille, issue d’une œuvre inachevée, de s’exprimer. Ils prennent la parole, face au metteur de scène, pour épancher leurs souffrances et pour le supplier de terminer leur histoire, de raconter « leur Drame ».

28312987_10216447244440685_916847631_n (2)

Selon moi, cette pièce présente deux intérêts majeurs. Tout d’abord, elle permet de donner vie à une entité fictive, pour saisir la conscience donnée à une entité insufflée d’humanité. La douleur, la rancune, l’épuisement, l’amour, la peur, toutes ces dimensions profondément humaines sont palpables. Lorsque nous créons un personnage, nous créons toutes ces émotions. La fiction doit donc respecter les codes de l’existence. Ainsi, cette œuvre permet également de se questionner sur l’appropriation des personnage sur notre propre écriture. Ces personnages sont prisonniers des sentiments et de l’histoire de l’auteur. Seuls, ils ne peuvent s’en détacher. L’auteur a alors en devoir de finir leurs histoires. Dans la pièce, cette lourde tâche revient au metteur en scène, qui ne peut échapper aux personnages, ils s’imposent à lui ! Qui n’a jamais été poursuivi par ses propres protagonistes ? Ainsi, il est primordial de donner une cohérence et une histoire aux personnages pour leur donner vie.

Pour donner une âme à son personnage, il faut une cohérence.

Que vos personnages soient fantaisistes ou humains, il est important de leur donner du corps, une existence propre. Il est donc primordial de se questionner sur la psychologie du personnage.

  • Utiliser les caractéristiques définies lors de sa création : Tous les conseils du premier article sont indispensables à ce stade de l’écriture. Que l’on fasse le choix de les définir en amont ou pendant l’écriture, il est important de garder une cohérence. Par exemple, un personnage qui a subit un traumatisme, ne va pas se guérir du jour au lendemain. Il en va de même pour les sentiments amoureux ou de haine. Tout le monde n’est pas prêt à se sacrifier pour le reste de l’humanité, cela ne fait pas de ce personnage une « mauvaise » personne.
  • Un personnage n’est pas linéaire : Lorsque nous écrivons une histoire, il faut garder en tête que l’espèce humaine est pleine de surprise, d’imprévisibilité, d’indécision … que ce soit pour accomplir de bonnes ou de mauvaises choses. Personne n’aura une ligne de conduite parfaite, stable et sans doute.

Pour donner vie aux personnages, il faut adapter l’intrigue aux personnages.

J’ai longtemps fait cette erreur, définir une histoire, un scénario a suivre, et inscrire le personnage dans une dynamique pré-établie. Or, cette méthode peut se révéler être un piège. Si le personnage répond à l’intrigue, le risque est de passer à côté de la force de son personnage et d’exploiter toutes ses facettes.

  • Soyez empathique envers vos personnages … : Pour les rendre vivants, quoi de mieux que les considérer comme telle. Il faut essayer de se mettre à leur place, de comprendre pourquoi ils agissent ou pensent ainsi, le plus dur étant de sortir de sa propre personnalité. Il est intéressant, pour ne pas tomber dans les clichés, de se questionner sur l’originalité de son personnage. Qu’a t-il de plus que les autres ? Pourquoi agit-il comme cela ? Quelle facette de sa personnalité les autres personnages ne perçoivent-ils pas ? Comment va-il évoluer ? Grandir ? Quel chemin aura-t-il parcouru à la fin de la fiction ? Dans quel état d’esprit ?
  • … mais pas trop : Si vous êtes comme moi, un peu fleur bleue, vous allez très vite vous attacher à vos personnages et créer une forme d’amitié à leur égard. Mais cela peut se révéler traître, car s’il est important d’aimer ses personnages, il ne faut pas les couver. A trop leur vouloir du bien, on peut faire stagner l’action et perdre en qualité (et en cohérence). Si les personnages ne sont pas linéaires, il en va de même de votre histoire qui ne doit pas tomber dans un cycle de non événement. Ma technique ? Je réfléchis aux actions pouvant me rendre triste à leur égard, et je les applique !

Voilà, ce sont les principaux conseils qui me sont venus pour donner vie à vos personnages. Peut-être avez vous d’autres méthodes à nous proposer ? N’hésitez pas à les partager avec nous, ainsi que vos progressions dans vos écrits. A bientôt pour de nouveaux conseils !

Uranie

Plan de publication du mois :

8 réflexions au sujet de “Faire vivre un personnage !”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s